Téléphone

699 07 27 98 / 672 30 43 64

Email

cours@erfolz-zentrum.de

Adresse

Douala - Cité Sic

Espace Schengen

Espace Schengen

Tout ce qu'il faut pour vos séjours dans l'espace Schengen

Photo de visa Schengen

Parmi les autres documents qu’un demandeur de visa Schengen est tenu de présenter pour pouvoir obtenir un visa Schengen, deux

Espace Schengen

L’espace Schengen est un territoire de 26 pays européens. Il se compose de 22 États membres de l’Union européenne et

Carte bleue européenne Allemagne

Carte bleue européenne Allemagne Une carte bleue européenne pour l’Allemagne est un titre de permis de séjour allemand pour les ressortissants

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print

Notre blog

Nos cours

Cours d'allemand

A PARTIR DE

118 000 FCFA / niveau

S'inscrire
  • Etre le premier à être à profite de nos cours intensifs

Nos services

Notre centre

Sur Facebook

Articles récents

L’espace Schengen est un territoire de 26 pays européens. Il se compose de 22 États membres de l’Union européenne et de quatre autres pays membres de l’Association européenne de libre-échange, à savoir la Norvège, l’Islande, la Suisse et le Lichtenstein.

Carte des pays de l’espace Schengen

Type de zone Zone sans passeport avec une politique commune des visas
Nombre de pays membres 26
Date créée 26 mars 1995
Superficie totale 4 312 099 km 2
Population en 2018 419 392 429
Nombre de traversées par an 1,3 milliard

Quels sont les pays de l’espace Schengen?

Les pays de l’espace Schengen sont les suivants: Autriche, Belgique, Tchéquie, Danemark, Estonie, Finlande, France , Allemagne , Grèce , Hongrie, Islande , Italie , Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays – Bas , Norvège, Pologne, Portugal, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède et Suisse .

Membres potentiels de l’espace Schengen

Bien que 22 des 27 États membres de l’Union européenne fassent partie de la zone Schengen, Chypre, la Bulgarie, la Roumanie et la Croatie n’ont pas encore été admis dans l’espace Schengen.

Chypre, qui a rejoint l’UE en 2004, doit résoudre le différend chypriote avant de rejoindre le territoire sans frontières de Schengen. En revanche, bien que la Bulgarie et la Roumanie aient rejoint l’Union européenne en 2007, leur candidature à faire partie de Schengen a été rejetée par le Conseil des ministres en septembre 2011.

Attendu que la Croatie a été invitée à mener une évaluation technique qui a débuté en juillet 2015. En juin 2017, elle a rejoint le SIS II pour la coopération entre les services répressifs, et les progrès ultérieurs sont une question politique.

États membres de l’UE avec désabonnement

La République d’Irlande est le seul membre de l’UE à avoir refusé de signer l’ accord de Schengen , avant l’élargissement de 2004. L’Irlande et le Royaume-Uni ont formé une zone de voyage commune avec des voyages sans passeport pour leurs citoyens et les trois dépendances de la Couronne britannique de Jersey, Guernesey et l’île de Man, qui sont en dehors de l’Union européenne.

Étant donné que la Grande-Bretagne a refusé de signer l’accord car il est plus facile pour une nation insulaire de maintenir ses frontières, tandis que l’Irlande a estimé qu’il n’était pas dans son intérêt de mettre fin à l’accord de voyage avec la Grande-Bretagne et de rétablir les contrôles aux frontières.

Les micro-États européens font-ils partie de la zone Schengen?

Bien que Monaco, Saint-Marin et la Cité du Vatican n’aient aucun contrôle aux frontières avec les pays Schengen qui les entourent officiellement, ils ne font pas partie de l’espace Schengen. Alors que Monaco a une frontière ouverte avec la France, la Cité du Vatican et Saint-Marin ont une frontière ouverte avec l’Italie.L’Andorre conserve les contrôles aux frontières avec la France et l’Espagne et accepte les visas Schengen (visas à entrées multiples uniquement).

En revanche, le Liechtenstein, qui est membre de la zone Schengen depuis 2011, ne délivre pas de visas mais recommande aux visiteurs de demander un visa dans d’autres pays Schengen.

Territoires des États Schengen hors de la zone

Les îles Canaries, les Açores et Madère sont les seuls pays qui font partie de la zone Schengen, alors qu’ils ne sont pas situés sur le continent européen. Les territoires des membres de l’Union européenne qui sont en dehors de l’Europe, sont exemptés de l’Union européenne.

Par exemple, les départements français d’outre-mer de la Guyane, de la Guadeloupe, de la Martinique, de Mayotte et de la Réunion, ainsi que la collectivité d’outre-mer de Saint-Martin, font partie de l’Union européenne mais ne font pas partie de la zone Schengen.

Les six territoires néerlandais des Caraïbes et les territoires danois des îles Féroé et du Groenland ne font pas non plus partie de l’Union européenne ou de l’espace Schengen.

Politique aux frontières de l’espace Schengen

Les caractéristiques essentielles de l’espace Schengen qui reposent sur l’élimination des frontières entre les pays membres européens sont les suivantes:

Rétablissement temporaire du contrôle aux frontières intérieures

Les règles de Schengen permettent toujours aux autorités nationales de chaque pays de réintroduire de manière exceptionnelle et temporaire les contrôles aux frontières intérieures en cas de menace grave pour la sécurité ou de carences graves aux frontières extérieures pouvant mettre en péril le fonctionnement global de l’espace Schengen. Ceci est réglementé par le règlement (UE) n ° 1051/2013 que l’UE a adopté.

Critères pour rejoindre la zone Schengen

Les pays non membres de l’espace Schengen qui souhaitent devenir membres doivent remplir certains critères pour pouvoir rejoindre l’espace. Ceci est régi par le règlement (UE) n ° 1053/2013 du Conseil. Parmi les conditions principales et les plus importantes figurent:

Les pays candidats doivent se soumettre à une «évaluation Schengen» avant de rejoindre l’espace Schengen. Il existe également un mécanisme d’évaluation Schengen, qui contrôle les pays membres, s’ils s’acquittent de leurs tâches comme ils sont censés le faire. Environ, chaque année, 5 à 7 États membres sont évalués au moyen de visites des équipes d’experts de la Commission. Après chaque visite, un rapport d’évaluation Schengen est rédigé. S’il identifie une faiblesse dans le pays évalué, des recommandations pour des mesures correctives sont présentées.

Quelle est la politique de visa des pays de l’espace Schengen?

Les États membres de l’Union européenne ont une liste commune des pays dont les ressortissants ont besoin d’un visa pour entrer sur le territoire Schengen . L’UE décide des exemptions de visa au cas par cas. Les États Schengen ont également des règles communes pour la délivrance de visas Schengen de court séjour , qui sont valables dans tout l’espace Schengen. Ces visas permettent à une personne de rester et de voyager sur les territoires des États Schengen pendant un maximum de 90 jours par période de six mois.

En fonction du but de votre voyage, l’ambassade ou le consulat de votre pays de destination Schengen vous délivrera le visa approprié.

Comment puis-je accéder aux pays de l’espace Schengen?

Pour entrer dans un pays de l’espace Schengen, vous devez présenter des documents supplémentaires au port d’entrée Schengen. Si vous avez déjà obtenu un visa pour l’espace Schengen, vous devez présenter votre passeport avec la vignette visa Schengen au fonctionnaire du port d’entrée Schengen. Cependant, ils peuvent également demander une preuve d’ assurance voyage Schengen achetée et des preuves d’hébergement en Europe.

Système de sécurité de l’espace Schengen

La technologie joue un rôle crucial dans le système de sécurité de l’espace Schengen, dans le renforcement des frontières extérieures et dans la collecte, le traitement et le partage d’informations pertinentes pour la gestion des frontières extérieures.

Système d’information sur les visas (VIS)

Le système d’information sur les visas (VIS) consiste en un système informatique central qui est relié aux systèmes nationaux via une infrastructure de communication et collecte toutes les informations saisies dans cette dernière, permettant ainsi aux pays Schengen d’échanger des données sur les visas.

Ses principaux objectifs sont les suivants:

Système d’information Schengen (SIS)

Le système d’information Schengen (SIS) a été mis en place par les pays membres de Schengen afin de disposer d’un système d’information à grande échelle très efficace qui soutient le contrôle aux frontières extérieures et l’application de la loi grâce à la coopération entre les pays.

Le système permet aux autorités compétentes comme la police de saisir et de consulter des alertes sur certaines catégories de personnes recherchées ou disparues. Chaque alerte contient des informations sur des personnes et des objets particuliers, ainsi que des instructions claires sur ce qu’il faut faire lorsqu’elles ne sont pas trouvées. Son objectif principal est de contribuer à la préservation de la sécurité intérieure dans la zone Schengen en l’absence de contrôles aux frontières intérieures

Ses principaux objectifs sont les suivants:

Le système d’information Schengen fonctionne dans les États membres de l’Union européenne, à l’exception de l’Irlande et de Chypre, et dans les 4 pays associés à Schengen (Norvège, Islande, Liechtenstein et Suisse).

Cependant, il existe certaines limites dans l’utilisation du SIS pour certains pays de l’UE:

La Bulgarie, la Roumanie et la Croatie ne font pas encore partie de l’espace Schengen et sont donc toujours confrontées à des restrictions, qui seront levées dès que les trois de ces pays feront partie de l’espace Schengen.

L’Irlande mène toujours des activités préparatoires pour se connecter au SIS.

Chypre n’est pas encore connectée au SIS car elle bénéficie d’une dérogation temporaire à l’adhésion à l’espace Schengen.

Dactyloscopie européenne (EURODAC)

EURODAC est la première base de données d’empreintes digitales d’asile en Europe. Il a été créé en 2003 et consiste en un système central qui rassemble toutes les données dactyloscopiques enregistrées par les systèmes nationaux des pays membres de Schengen. Toute personne qui demande l’asile dans l’UE a ses empreintes digitales enregistrées dans ce système.

L’une des principales réalisations de ce système est de permettre aux États membres de comparer les empreintes digitales liées aux enquêtes pénales, à des fins de prévention, de détection et d’enquête sur les crimes graves et le terrorisme.

Le premier train de réformes de l’EURODAC, introduit en mai 2016, proposait l’utilisation d’autres identifiants biométriques comme reconnaissance faciale et collecte de photos numériques.

La première base de données d’empreintes digitales a été établie en allemand, deux ans après la convention de Dublin en 1992, et l’EURODAC a été créé plus de 10 ans plus tard en raison des fréquents flux de migrants en Europe.